Mon pull érable

Coucou les petits loups !

Les températures remontent un peu par ici, mais je reviens à peine d’un grand week-end à Copenhague où les températures avoisinaient plutôt les 0 à 4°C. Une occasion de finir mon en-cours tricot : le pull érable de Lisallu.

Lisallu propose un tuto gratuit sur son blog pour réaliser ce pull. Il me semble qu’il existe aussi une vidéo expliquant le point « érable », que je n’ai pas regardée car le tuto est clair, et la réalisation du pull n’est pas compliquée. Il faut juste rester concentrée pour ne pas oublier de tricoter un des motifs, pour rester bien régulière.

J’ai réalisé deux modifications : j’ai remarqué que Lisallu porte souvent ses pulls assez courts. Pour moi, c’est tout l’inverse, et j’ai donc allongé mon corps et mes manches de 24 rangs (quand même). A l’essayage : tout est nickel !

Et deuxième modif’ : je n’ai pas fait de boutonnge au dos, j’avais peur que cela me gêne, par exemple en m’adossant à un siège.

Avec ce pull, j’ai appris à relever les mailles, c’est-à-dire à récupérer les mailles le long de mon col, pour monter une dizaine de rangs en côtes 2/2. En fait, rien de compliqué là non plus. Là où j’ai passé du temps, c’est à l’assemblage de chaque partie. Je m’y suis repris à plusieurs fois avant de comprendre comment faire une couture invisible, qui soit réellement invisible.

Côté laine, il s’agit de la Mérino Extra Fine de Drops, 100% laine, colori 30-Moutarde, qui se tricote en aiguilles 4 (et 3,5 pour les côtes). Très agréable à porter, elle ne gratte pas du tout.

J’ai bien fait de me botter les fesses pour réussir à finir ce pull dans les temps et le mettre dans ma valise pour Copenhague. Il est bien chaud ! Il fait clairement partie de mon wearability project, et je suis fière d’avoir (enfin !) réussi à tricoter et assembler un pull ! Je suis donc officiellement une nouvelle addict du tricot, je ne vais pas m’arrêter là !

D’ailleurs, un projet pour mon barbu est quasiment fini !

Gros bécots !

Chemise Jolaine

Hello !

Je ne sais pas si vous vous en souvenez, mais courant octobre, je vous expliquais vouloir réaliser une mini-collection de saison. Ma collection d’hiver comporte 6 pièces : un manteau, un jean, un pull, un sac à dos, un soutien-gorge et une chemise. J’ai commencé à réaliser certaines pièces, mais entre-temps, la garde-robe capsule de Clothilde a pointé le bout de son nez, et j’ai du coup pris du retard sur ma mini-collection d’hiver. MAIS j’ai quand même eu un peu le temps d’avancer. Aujourd’hui je vous montre ma chemise !

Il s’agit de Jolaine, de République du Chiffon.

jolaine-02

Le tissu principal, bleu foncé avec de légers motifs cactus, provient de Mondial Tissus.

Dans un premier temps, j’ai pensé à mettre du passepoil doré, ou cuivré. Et puis finalement je suis partie sur un rouge-bordeau. Les intérieurs des poignets, dans les tons bordeaux également, proviennent d’une chute de tissu, il m’en restait juste assez !

 

jolaine-03

jolaine-06

jolaine-04

En voyant les photos, je remarque qu’il y a beaucoup de plis qui se créent sur les devants…. Esthétiquement c’est pas super..

Dans la réalisation, il faut vraiment être minutieux dans le montage des passepoils « en vague », surtout sur les devants. J’ai dû m’y reprendre à 2 ou 3 fois avant de réussir.

jolaine-01

Avec le recul, je n’aurai pas dû ajouter les passepoils sur le col, ça me donne un peu l’impression d’un pyjama. Je ne sais pas pourquoi j’ai cette impression.. Mais j’hésite à défaire le col en entier pour supprimer ce passepoil… Vous en pensez quoi ?

Côté boutons, je n’ai pas utilisé les mêmes partout : ceux des poignets sont différents de ceux du devant.

jolaine-05

Voilà pour cette nouvelle pièce de ma mini-collection d’hiver (il est temps me direz-vous, le printemps arrive à grand pas !!)

A bientôt et gros bécots !

Une jupe sur-mesure

Mes petits loups,

Je vous présente aujourd’hui mon projet de février : une jupe, et qui plus est, sur-mesure.  J’avais dans l’idée de reproduire cette petite jupe aperçue chez Sewaholic :

jupe-inspi

Je n’ai pas décidée de me lancer toute seule dans le patronage, mais comme j’ai commencé à suivre les cours du soir de la mairie de Paris, intitulés « vêtements féminins sur-mesure », c’était l’occasion parfaite de tester.

En m’inscrivant, j’avais beaucoup d’attente concernant le patronage et surtout les modifications que l’on peut apporter à un patron déjà existant pour qu’il m’aille.

Finalement, à mi-année, je suis plus que déçue de ces cours. Malgré 3 heures pleines par semaine, hors vacances scolaires, je n’ai pas appris grand chose. En effet, la prof nous donne des photocopies et nous dit de suivre ce qu’il est écrit dessus pour réaliser la base de notre jupe et les modifications. Si nous avons le « malheur » de poser une question, je la trouve assez agressive, comme si ce n’était pas normal que nous ne connaissions pas déjà la réponse. Et à cela s’ajoute le rythme très, très lent de chaque séance (par exemple une cession entière — 3h donc — juste pour prendre nos mensurations…. Ce qui équivaut dans les faits à passer 15 min sur nos mensurations, puis à… ne rien faire… la prof nous laissant en déshérence…).

Bon, le tableau n’est pas tout noir puisque j’ai quand même réussi à faire le patron de base d’une jupe à partir de mes propres mensurations, puis à l’adapter à mes envies.

Mais par exemple lorsque j’ai évoqué l’idée de faire des poches, la réaction a été : « nan mais je ne peux pas faire des choses comme ça, c’est trop individuel »… or il me semblait intéressant de savoir comment ajouter des poches à ma jupe, ou comment ajuster mon patron pour faire des fronces, ou une ceinture.

Qu’à cela ne tienne, je me suis donc lancée dans la lecture assidue de mes photocopies et j’ai fait mes petits bidouillages. Je vous montre quelques étapes de la réalisation de la jupe :

jupe-cma

Dans un premier temps, après avoir pris mes mensurations et après quelques savants calculs, j’ai réalisé une base. Cela ressemble à une jupe droite, ajustée et qui arrive au genou. Mémère quoi… Mais cette base permet deux choses : vérifier que cela correspond en effet à nos mensurations, et permettre ensuite toutes les folies, toutes les modifications souhaitées (jupe à basque, à volants, à empiècements, longue et fendue, mini et moulante, etc.).

Pour coller au modèle que j’avais repéré, j’ai réalisé un empiècement en « pointe » sur le devant, des fronces, et des poches. Sans oublier la longueur de la jupe à diminuer.

jupe-ancres-07

jupe-ancres-08

J’ai fais ma première erreur avec les poches et le zip : j’aurai dû mieux regarder le modèle. En effet j’ai mis le zip sur le côté, alors qu’il aurait dû être dans le dos (sinon, on tire dessus en mettant les mains dans les poches). Donc j’ai tout défait et ma jupe s’est retrouvée sans poche, avec un zip sur le côté.

jupe-ancres-06

jupe-ancres-04

jupe-ancres-02

jupe-ancres-03

Je me rends compte que je ne mets jamais de jupe. A la limite, quelques robes en été lorsqu’il fait vraiment chaud, mais des jupes, très rarement. Je ne suis pas emballée par cette version, je ne suis pas sûre que je vais la porter mais je suis contente d’avoir compris quelques combines pour créer un patron et l’ajuster à mes mensurations.

Je vais maintenant pouvoir commencer le patronage de mon chemisier sur-mesure ! Là, j’ai hâte !!

A bientôt les petits loups !

wp-grc

Manteau Burda

Hello les petits loups !

Nous voilà déjà fin janvier, et l’heure est venue de vous montrer la première pièce de ma garde-robe capsule 2017 : le manteau. Les photos ne sont pas de bonne qualité, on ne voit pas bien les détails.. Le lainage est en fait bleu marine, ce qui ne ressort pas du tout sur les clichés..)

manteauburda-2017-05

Je viens tout juste de réaliser un manteau bien chaud pour l’hiver, mais cette fois-ci je me suis tournée vers un style vraiment différent, un peu plus « petite fille sage ». Et c’est d’autant plus l’impression que donne la photo du modèle sur le Burda (patron 135, Burda octobre 2012).

manteau-burda

J’ai clairement flashé sur ce manteau, et pourtant je ne l’ai jamais réalisé !! Allez savoir pourquoi… Ce challenge 2017 est clairement l’occasion de ressortir des patrons qui nous ont fait envie.

Donc pour ce modèle, j’ai choisi un lainage bleu marine de chez Weaver Dee, et des restes de mon dernier manteau pour la doublure en fausse laine de mouton, provenant du même site.

manteauburda-2017-02

Connaissant les explications parfois nébuleuses de Burda, et ayant déjà réalisé des manteaux, je n’ai pas vraiment suivi, ni même lu, les explications du magazine. Je n’ai pas eu de complication pour monter ce manteau, mais je me suis servie tout de même de ce super tuto illustré pour monter la doublure.

manteauburda-2017-04

Souvent, j’achète un patron parce que le modèle me plait tel qu’il est présenté : la couleur et le tissu sur les photos me donnent envie d’avoir quasiment le même, et parfois jusqu’aux petits détails, comme les boutons ou le passepoil. Donc forcément dans le cas de ce manteau Burda, je voulais partir sur le même type de boutons : gros et bombés. J’en ai acheté exprès.

Mais finalement, je suis tombée sur ces boutons en porcelaine acheté il y a quelques temps, et j’ai trouvé qu’ils se mariaient très bien avec ce manteau ! Il proviennent de chez Camelir.

Ils changent totalement le look du manteau, et en fait je le trouve bien mieux comme ça ! Je n’en avais que 3 en stocks, alors que le patron propose 6 boutons, mais je pense que c’est mieux de ne laisser que les 3 boutons, qui sont ainsi mis en valeur.

manteauburda-2017-01

Bien que plus léger que mon manteau précédent, la doublure en fausse laine de mouton me tient tout de même au chaud au dos. Ce manteau ne fait pas doublon avec le dernier réalisé et a donc bien sa place dans ma garde-robe 2017.

manteauburda-2017-03

Si ce modèle vous plait, je vous invite à jeter un œil aux versions de Pareilautrement et de Un petit bout de table qui réalisent aussi ce manteau pour leur garde-robe capsule 2017 !

  wp-grc

Deux mille dix-sept, année chouette

Salut les petits loups !

Je vous présente aujourd’hui un projet un peu différent, qui n’a rien à voir avec le tricot ou la couture, parce que je fais aussi pas mal d’autres activités à côté. J’essaye, sur ce blog, de me concentrer sur tout ce qui est « fils, tissus, laines et aiguilles » mais pour une fois, j’avais envie de vous montrer mes cartes de vœux.

linogravure-chouette-7

Vous connaissez sûrement déjà Bellette Print et toutes ses créations superbes, ses impressions textiles, ses gravures sur bois et ses linogravures. Il existe bien évidement d’autres blogs et sites très inspirants, comme par exemple Rise+Wander, Subtle Acts, Mimi et petit Loup, etc, etc !
Toutes ces jolies réalisations m’ont donné envie de me lancer dans la création d’un tampon, à imprimer sur un petit rectangle de tissu et le coudre sur la ceinture de mon jean. À l’endroit où il y a une pièce en cuir sur la ceinture des jeans du commerce.

Je n’ai finalement pas commencé par ça, et je me suis lancée dans la création d’une linogravure pour mes cartes de vœux. J’ai d’abord réalisé un dessin, que j’ai scanné et inversé. Il faut en effet que le motif (surtout si il y a du texte !) soit inversé, pour qu’il se retrouve dans le bon sens une fois que l’on fait l’impression.

linogravure-chouette-1

J’ai ensuite commencé à travailler mon bloc de lino avec des gouges, pour retirer la matière. Là, il faut être minutieux quand même.

img_7317

linogravure-chouette-4

J’ai ensuite encré ma pièce et j’ai fait un premier essai. Il n’est pas évident de savoir quelle quantité d’encre mettre, et j’ai encore des progrès à faire de ce côté là..

linogravure-chouette-5

Puis je me suis lancée dans la confection de mes cartes de vœux en découpant du papier bleu, et en confectionnant mes enveloppes.

linogravure-chouette-6

linogravure-chouette-8

A l’intérieur, écrit à la main avec un stylo blanc, mon petit texte pour la bonne année :

Deux mille dix-sept
sera une année chouette,
alors faisons la fête,
saperlipopette !

Je vous souhaite
de voyager en sandalettes
ou à bicyclette,
de prendre la poudre d’escampette
pour avoir des paillettes
plein les yeux et la tête.

Je vous souhaite
de réaliser votre envie secrète
de devenir une vedette,
de commencer la clarinette
ou d’arrêter la cigarette.

Je vous souhaite
de ne pas contracter de dette,
d’avoir une santé guillerette,
de l’amour et des rires pour perpette.

Oui je vous souhaite
une chouette année deux mille dix-sept !

♥ ♥ ♥

Gros bécots !

Garde-robe capsule 2017

Salut les petits loups !

L’année est passée si vite, nous voilà déjà en 2017 ! Je vous souhaite donc une merveilleuse année. Elle sera forcément couturesque par ici, puisque je participe au projet de Clothilde : la garde-robe capsule !

jecoudsmagarderobecapsule_icone

Je vous invite à lire ses articles pour avoir un max de détails sur le projet, mais en très bref : l’idée est de réaliser 12 projets (1 par mois) en 2017, dans les catégories suivantes : 1 haut (chaîne et trame) / 1 haut (jersey) / 1 robe / 1 pantalon / 1 short / 1 jupe / 1 chemise / 1 combinaison / 1 manteau  / 1 veste / 1 vêtement de nuit / 1 maillot de bain.

J’ai tout de suite été tentée par ce projet, car d’une part je suis déjà dans une démarche de mini-collection, et d’autre part cela va me permettre de coudre régulièrement. Et parfois de coudre des choses dont je n’ai pas l’habitude (combinaison, maillot de bain…)

Je crois qu’une pièce couture par mois c’est quand même un rythme soutenu, surtout que j’aimerai continuer à faire des mini-collections par saison (comme celle proposée pour cet hiver) afin d’associer des vêtements qui iront ensemble et qui colleront à ma garde robe « wearability project ». Clairement, le plus compliqué pour moi va être de réaliser un vêtement par mois. J’aime me lancer dans 4 ou 5 projets en même temps, avancer sur chacun petit à petit, et les finir quasiment tous en même temps. Du coup je me retrouve souvent avec rien de concret pendant plusieurs semaines (ou mois) et d’un coup j’ai 4 réalisations de prêtes ! Donc, il va juste falloir que je m’organise un petit peu à l’avance, parce que j’ai envie de participer à cette garde-robe capsule, mais j’ai aussi envie de coudre d’autres pièces. Je ne pense pas me restreindre à 1 seul haut chaîne et trame pour toute l’année. Et je me suis lancée aussi dans le tricot, j’ai envie de continuer en 2017 quelques pulls ou gilets.

Tout ça semble contraignant, mais dans les faits, pas vraiment : coudre reste un plaisir et me lancer dans des réalisations que je laissais de côté (comme par exemple des jupes, robes, combinaisons..) peut être un révélateur : ces pièces ont peut-être une place dans ma garde-robe…!

Bref, je me lance avec envie dans cette aventure de garde-robe capsule 2017.

Voici le programme que je me suis concocté, même si en fonction des sorties patrons cette liste peut évoluer :

grc-janvier

manteau-burda

Bon, je viens juste de me coudre un manteau, dont je suis trèèèèès contente et qui me tient bien chaud. Donc avec cette première catégorie, je vais commencer à avoir un petite collection de manteau dans mon dressing ! J’ai donc choisi un modèle très différent, avec le patron 135 du Burda d’octobre 2012, dans un lainage bleu foncé. J’ai carrément flashé sur ce manteau, qui m’a fait acheter le magazine. Étrangement, je ne l’ai jamais cousu… jusqu’à maintenant ! Je triche un peu car j’ai déjà commencé à le coudre. Je n’ai donc pas d’excuse pour vous le montrer à temps.

grc-fevrier

jupe-cma

Je vais profiter de mes cours du soir dont je vous parlais ici pour la patronner moi-même. Ce sera une jupe à empiècements, en pointe sur le devant, et avec des fronces. J’espère arriver à réaliser ce que j’ai en tête !

grc-mars

talisman

Joker, je passe mon tour..! Je ne suis pas à l’aise en maillot et de toute façon je ne vais pas à la plage. Mes vacances je les passe en chaussures de rando et short, sac sur le dos à crapahuter dans nos montagnes. Mais comme l’explique Clothilde, les catégories sont assez souples, je choisi donc de coudre un soutien-gorge au lieu d’un maillot de bain (je passe mon tour sur le maillot de bain mais je ne me simplifie pas la tâche pour autant !). J’ai trouvé un patron en français : le Talisman, de Etoffe Malicieuse. Et il sera en dentelle.

grc-avril

plantain-dd

N’ayant jamais cousu de jersey, ce sera donc une première. J’ai envie d’un petit haut très simple, que je pourrai agrémenter d’un joli passepoil ou d’un motif à coudre, comme les appliqués que je mettais sur mes sacoches au lycée ! Je pense partir sur le Plantain de Deer & Doe.

grc-mai

cezembre

La blouse Cézembre de Anne Kerdilès m’a toujours tentée. Je ne sais pas pourquoi je ne l’ai pas réalisée à ce jour…! J’adore la coupe de ce haut. Il sera parfait pour les premières chaleurs du mois de mai.

grc-juin

sezane

La patte de boutonnage, le col et la fente indéchirable ne me font plus peur, alors je vais aller plus loin et créer mon propre patron de chemise, d’après un ancien modèle d’une chemise Sézane. Je bave sur ce modèle depuis un bon moment, je le trouve tellement délicat ! J’espère arriver à ce résultat avec ma chemise home-made !

grc-juillet

robe-brigitte

J’ai très envie de la robe Brigitte de République du Chiffon, sûrement dans un tissu à petits motifs (légers, hein, parce que je n’ai pas l’habitude d’en porter) ce sera parfait pour l’été.

grc-aout

combi-burda

Une combinaison… Je n’en porte JAMAIS. Je trouve que ça fait moche au niveau des fesses.. Y’a toujours des plis, j’ai l’impression que ça tiraille là où ce serait mieux que ça tiraille pas.. Bref, c’est peut-être un à priori.. Clothilde nous dit qu’une salopette entre dans cette catégorie. Mais j’en ai déjà fait une cet été (ICI), je vais donc quand même tenter l’aventure de la combinaison. J’ai repéré le modèle 118 du Burda de mai 2016, et je modifierai le dos, sûrement pour n dos nageur, que je trouve plus joli.

grc-septembre

port-pantalon

Ayant déjà deux jeans à mon actifs (ici et ici), dont d’ailleurs je ne suis pas convaincue car je ne les porte pas.. Cette fois je vais changer du jean et partir sur le Port de Pauline Alice, dont la coupe me semble parfaite pour être à l’aise, et la longueur 7/8 plutôt sympa avec des petites baskets.

grc-octobre

short

Pour cette catégorie j’ai tout de suite pensé au short Chataigne de Deer&Doe. Je l’ai déjà réalisé deux fois (en coton et en jean), peut-être que cette fois je vais changer et faire la version short du Port de Pauline Alice, si je suis convaincue par le fit de la version pantalon.

grc-novembre

make-my-lemonade-pyjama-julio

J’ai déjà 2 réalisations de pyjamas à mon actif (ICI et ICI), et cette fois j’ai envie de changer un peu des hauts et shorts légers pour l’été, et je vais donc me faire un pantalon de pyjama, assez loose pour quand même être à l’aise la nuit. J’ai repéré le pantalon Wear Lemonade x Princesse Tam Tam, en téléchargement gratuit ici.

grc-decembre

veste-julia

J’avais tenté Julia de République du Chiffon, sans grand succès. Depuis, la marque a sortie une version améliorée de ce patron. J’ai bien envie de retenter l’aventure, j’adore la coupe de cette petite veste. Et elle sera parfaite pour les fêtes !

•••••••••••••••••

Voilà pour la première étape de cette garde-robe capsule, rendez-vous la dernière semaine de janvier pour la première pièce : le manteau !

Gros bécots !

Pull #2

phildar-pompom-04

Mes petits loups !

J’espère que vous avez passé de bonnes fêtes, que vous avez bien mangé, que vous avez pu passer un moment en famille, avec vos proches, à partager et rire !

 

Voici la suite de ma mini-collection A/H le pull tricoté ! Pour cette troisième pièce, je me suis lancée en étant pas du tout sûre de moi, avec le souvenir de ce premier pull raté (une marinière en coton bleu et blanc), et qui a d’ailleurs fini tout détricoté… Cette fois-ci j’ai opté pour un modèle qui se tricote avec des aiguilles de 6 (au lieu de 3,5 pour la marinière). Deux point positifs avec ces grosses aiguilles : d’une ça se monte plus rapidement, et de deux on voit mieux les mailles (si il y a un raté, c’est plus facile de rattraper le coup. Enfin je trouve).

J’ai repéré le pull réalisé par Ludivineem, un modèle Phildar (magazine n° 94, Automne/Hiver 2013-2014, modèle 19) mais modifié. Bien évidement, au lieu de coller au patron et d’assurer la réussite de ce deuxième tricot, j’ai voulu corser les choses, je ne sais pas pourquoi…

phildar-94

Ce que j’ai apprécié sur la version de Ludivineem, c’est les mailles en côte sur le haut devant, et qu’elle n’ait pas utilisé la laine prévue par Phildar (à savoir la Phil light). Je ne voulais pas non plus cette laine, qui fait comme de petits filaments partout. L’aspect vaporeux ne me plait pas. J’ai préféré la Rapido, de chez Phildar, en coloris Ecume. Et je me suis lancée.

phildar-pompom-03

Ce tricot m’aura appris à faire des torsades (simples) et des nopes. Je me suis servie de cette vidéo (ici) pour celles que ça intéresse. Parce que je n’avais pas compris en me basant juste sur les explications du modèle. Voir comment ça se réalise, en vidéo, m’a bien aidée. Et en fait, ce n’est pas compliqué du tout !

phildar-pompom-06

phildar-pompom-05

Bon, en bonne débutante je me suis rendue compte après coup que je n’ai pas fait d’échantillon.. Oups..

Ce qui devait arriver arriva donc : après assemblage, je me suis rendue compte que les manches n’allaient pas : trop longues et trop larges. Certes c’est un bon gros pull d’hiver mais là l’effet « gros » était vraiment trop imposant.

En fait cela vient de la laine, qui est prévue pour être tricotée avec les aiguilles 7. J’aurai pu m’éviter de tricoter pour tout détricoter si j’avais fait mon échantillon !! Ça me servira de leçon pour le prochain pull !

Il a donc fallu que je découse tout, que je détricote, puis que je recommence (motivation quand tu nous tiens !) en diminuant drastiquement le nombre de mailles au départ de mes manches (30 au lieu des 47 prévues). Le résultat est beaucoup plus satisfaisant pour moi. Je suis contente d’avoir eu le courage de tout recommencer.

phildar-pompom-01

Pour conclure je suis ravie d’avoir réussi à tricoter un pull que je vais pouvoir porter, et qui plus est, un bon gros pull d’hiver. En revanche, pour les prochains, je pense oublier les aiguilles 6, je trouve que le rendu est un peu gros quand même. Je retenterai avec des aiguilles 4 ou 3,5 volontiers, pour un aspect plus féminin. D’ailleurs, je ne sais pas si vous avez regardé le dernier podcast de Sandra (28’33), j’ai carrément craqué sur le gilet qu’elle se fait : le Earnest cardigan qui est juste sublime.. Quoi, comment ça je vise trop dur pour un troisième tricot ?…

——————————-

  • Patron : Phildar, magazine n° 94, Automne/Hiver 2013-2014, modèle 19
  • Modifications : ajout de bords-côte aux poignets, en bas au niveau des hanches et sur le haut du devant. J’ai également fait les manches plus serrées (je débute avec 30 mailles au lieu de 47).
  • Laine : Rapido de Phildar, en coloris écume

——————————-

Gros bécots les p’tits loups !

WearabilityProjectApproved-2