Whinfell Sweater

Mes petits loups !

Je vous présente un pull tricoté et déjà porté plusieurs fois, que J’A.D.O.R.E ! J’ai flashé dessus lorsque je zonais sur Ravelry : le Whinfell Sweater.

J’ai pourtant hésité à l’acheter car il fait parti d’un livre ; on ne peut pas l’acheter seul. Le livre en question s’appelle Woods. Il est entièrement en anglais et coûte tout de même 24 euros. MAIS c’est clairement un bel ouvrage, le papier est épais et très agréable, et il contient plusieurs projets (11 au total) qui m’intéressent également comme le Black Forest Cardigan ou le Sauvabelin Sweater. En bref : je ne suis pas déçue de mon achat. Là où j’ai un peu déchanté c’est le côté tout en anglais, mais je vous en parle un peu plus bas.

Pour la laine, je reste sur de la Drops Flora (65% laine-35% alpaga). Le coloris principal est donc le blanc uni (numéro 02), et les deux autres coloris sont le gris clair (numéro 03) et le gris moyen (numéro 04). Je suis contente de la Drops en tant que débutante car le prix est raisonnable, mais je trouve qu’elle bouloche vraiment rapidement. Trois portés et les bouloches sont apparues un peu partout. Je vais sûrement investir dans un petit rasoir…

Pour parler du modèle, ce qui m’a plu évidemment c’est ce motif qui entoure le col et descend jusqu’aux épaules. J’avais déjà testé un petit jacquard avec le Branches and Buds Pullover, mais ici le motif est plus important et contient 3 couleurs. Ce pull se tricote avec des aiguilles circulaires et de bas en haut (car sur le jacquard, les diminutions se voient moins que les augmentations). J’ai donc débuté par le motif du bas, avec 2 couleurs, et assez simple à réaliser. J’ai fait attention à la tension de mon fil mais ça reste un peu tendu, ce qui se voit d’ailleurs. Du coup pour le motif principal du col j’ai vraiment fait lâche, beaucoup plus que ce que je pensais devoir faire, et finalement c’est beaucoup mieux ! Je vous conseille donc de bien laisser du mou pour que votre pull reste souple.

Là où j’ai vraiment galéré, c’est au montage des manches sur le buste. Sincèrement, je n’ai rien compris du tout car c’est en anglais, que je n’avais jamais fait ça et que sur mes autres tricots (en anglais également..) j’ai tout autant galéré… Donc c’est plus que moche, la technique est clairement à travailler, mais je n’ai rien trouvé sur le sujet pour le moment qui aurait pu m’aider à mieux comprendre. Si vous avez des conseils, je prends volontiers !!

Bon, donc au niveau des aisselles c’est moche, mais si je ne lève pas les bras très haut, ça ne se voit pas.

En résumé, j’adore ce pull ! Je suis restée sobre dans mon choix de couleur mais c’est ce que je vais porter le plus, donc ça correspond bien à ma garde-robe. Comme il est tout en jersey, il monte assez rapidement (je dis ça alors que je suis lente pour tricoter par rapport à la plupart d’entre vous) et c’est assez chouette de voir le motif se former au fur et à mesure ! J’aimerai beaucoup en faire une deuxième version mais je me tâte vraiment au niveau des couleurs… Peut-être dans le tons marrons ??

Affaire à suivre !

Publicités

Ginger – view A

Après plusieurs essais de pantalons cousu main (ICI ou ICI) mais qui ne me conviennent pas tout à fait ni dans le style ni dans le seyant, j’ai retenté l’aventure de la couture d’un jean avec le fameux Ginger. J’avais dans mon stock de tissus un denim clair (qui m’avait servi pour une salopette pour la Mini) acheté il y a fort longtemps à Mondial Tissus.

Il est de plus en plus difficile de trouver du denim non strech, et celui-là n’y échappe pas : il est très légèrement extensible. Car je suis peut-être la seule, mais je cherche absolument du denim SANS strech. Pour avoir usé de longues années mes Levi’s classiques (type 501), j’en suis fan car justement le tissu n’est pas extensible et ils se tiennent bien dans le temps. Tous les autres jeans achetés avec un peu de strech se sont tous déformés au bout d’une journée seulement, à force d’être assise.. Donc merci le bout de tissu qui pendouille sous la fesse dès 15h…

Je cherche une forme assez classique, et plutôt droite. J’ai donc choisi la version A du Ginger de Closet Case Patterns, avec la ceinture qui se trouve ni haute ni basse, et les jambes dans une coupe droite. D’après le tableau des mensurations, je devais couper dans une taille 12, surtout au niveau de la ceinture. Il s’avère en fait que la taille choisie est correcte au niveau des jambes, mais beaucoup trop grande au niveau de la ceinture..!! J’ai alors décousu les côtés jusqu’à l’entre jambe environ et recousu progressivement dans une taille 10.

Résultat : c’est déjà mieux mais c’est toujours beaucoup trop grand au niveau de la ceinture !! Donc là il aurait fallu tout défaire et tout dégrader, ce que je n’ai pas du tout eu le courage de faire.. Donc ce sera pour la prochaine version. J’ajouterai également plusieurs centimètres à la longueur de jambe, un peu courte à mon goût.

Par manque de denim, j’ai pioché dans mes chutes de tissus pour l’intérieur de la ceinture. Idem pour les poches.

Et côté petits détails qui font tout le charme d’un jean : petite poche, rivets, surpiqures et bouton typique pour « jeans ».

Dans l’ensemble je suis assez satisfaite de ce patron, qui est somme toute assez classique, mais c’est ce que je cherchais. Donc pour la prochaine version, je vais partir à la recherche du denim sans strech, de bonne qualité et peut-être de couleur. Des adresses à me donner, où je pourrai dénicher ça ?

 

Des bécots !!

 

 

La chemise de mes rêves #2

Bonjour à tous !

Comme prévu, je reviens avec une nouvelle version de chemise, pour tenter de réaliser « la chemise de mes rêves« . Le patron est celui de Vitamine d’Ivanne S, qui correspond tout à fait à ce que je souhaitais, avec cette jolie découpe en V. Dans ma version test, j’ai tenté des plis religieuses, dans le sens de la découpe en V. Cette fois-ci, j’ai travaillé mon empiècement un peu différemment. 

J’ai réalisé un « patron » papier pour les plis, afin de connaitre la longueur de tissu nécessaire pour réaliser ces plis religieuses. Rien de compliqué, il faut juste s’armer de patience pour tous les coudre et les plier un à un à l’aide du fer à repasser (étape obligatoire pour un joli résultat). J’ai également ajouté un passepoil maison, réalisé avec un cordon et une chute de mon tissu blanc.

Contrairement à mon idée initiale de mettre de la dentelle sur le haut de l’empiècement, j’ai finalement mis simplement mon tissu blanc, car j’avais peur de ne pas aimer porter une chemise ajourée sur le devant.

Et j’ai suivi les conseils de l’une d’entre vous pour les boutons : ce sont des boutons à recouvrir. Première fois que j’en réalise, et ce n’est pas parfait, mais le résultat global rend beaucoup mieux qu’avec des boutons nacré ou en plastique, comme sur ma première version ! Encore une fois, il faut s’armer de patience car il faut découper et assembler le tissu sur chaque bouton, puis les coudre à la chemise. Mais ça vaut le coup, je vous le conseille aussi, si vous n’avez pas encore testé !

Sur la chemise Sézane qui m’a servie d’idée de base, le col est un col simple, mao. J’ai tout d’abord réalisé le même col sur ma chemise Vitamine, avant de me rendre compte que je n’aimais pas le rendu. En effet, je ne porte jamais mes chemises boutonnées jusqu’au col, et un col mao ouvert, bah ce n’est pas trop joli je trouve. Donc j’ai décousu et j’ai ajouté un « vrai » col de chemise. Et je la trouve bien mieux ainsi !!

Et lors du premier week-end de décembre, je suis allée au CSF (Salon création et savoir-faire), où je portais ma chemise chérie, sachant qu’Ivanne serait sur place. J’ai donc carrément fait ma groupie en passant sur le stand ! Ce fut vraiment un plaisir de la rencontrer !

Voilà mes petits loups, je vous laisse, je m’en vais crâner, habillée avec la chemise de mes rêves ! <3 Et je pense que ce ne sera pas la dernière version de cette chemise : je tenterai bien en viscose, et aussi une version brodée. Et peut-être même que je me laisserai tenter par un empiècement en dentelle pour l’été, qui sait !

Gros bécots !

La chemise de mes rêves

Mes petits chats,

Je dois vous avouer que je suis complètement, totalement, follement DINGUE de cette chemise depuis la toute première fois où je l’ai vu :

chemise-sezane
Chemise Sézane

Il s’agit d’une chemise Sézane, collection 2009.

Je suis fan de tout : de sa couleur blanche, de son col mao, de ses plis en chevron, de ses boutons recouverts, de cette dentelle, BREF, de tout.

Et lorsque j’ai commencé les cours du soir sur le patronage, c’était l’occasion rêvée de me lancer ce défi : me faire cette chemise là. Sur-mesure. Sauf qu’en étant enceinte au milieu de l’année, mes mensurations ont beaucoup changé.. Et avec la fatigue, le fait que ce soit loin et le soir tard, je n’ai pas suivi l’ensemble des cours.. Donc j’ai mis de côté ce projet, alors qu’en plus cette chemise était sur ma liste de garde-robe capsule 2017.. Double déception, donc.

En 2018, petit Loulou étant né, mon corps étant redevenu ce qu’il était avant la grossesse, j’étais déjà bien décidée à me pencher sur ce gros projet de reproduction de cette chemise. ET LÀ…. ma motivation a été quadruplée, avec la sortie du patron Vitamine [Femme] d’Ivanne S. !!!!! Mais MERCI Ivanne pour ce patron !!! Il est parfait pour me faire cette chemise d’inspiration Sézane !!!!

J’ai profité de la promo de lancement : les options (les cols, le dos, les manches) offertes lors de l’achat du patron. Et à voir les 12 versions de chemises d’Ivanne, les possibilités sont infinies !!! Mais celle qui m’intéresse aujourd’hui est bien évidement la découpe en V sur le devant :

Boutique en ligne Ivanne S.

Je ne connaissais pas les patrons Ivanne S. J’avais vu vos mini-perles et vos trop-top fleurir partout sur les réseaux sociaux et vos blogs, toutes vos réalisations étant superbes, mais je ne m’étais jamais lancée. Jusqu’à cette fameuse chemise Vitamine ! Car dans le même temps j’ai acheté trop-top femme et enfant, et magnesium. Mais c’est bien cette chemise que j’ai commencé à coudre en premier.

Que dire des patrons Ivanne S. à part qu’ils sont toppissimes ? Alors certes il y a beaucoup d’informations…mais c’est justement là que c’est épatant. Le travail que nous livre Ivanne est juste énorme. TOUT est détaillé, expliqué, illustré. C’est LIMPIDE. Si vous hésitez à vous lancer dans la couture d’une chemise, foncez car il n’y a aucune raison de rater une étape ou de ne pas comprendre ce qu’il faut faire.

Avant de me lancer directement dans la réalisation de la « chemise de mes rêves », j’ai préféré faire une version-test qui me servirait à valider la taille choisie, les longueurs, les ajustements éventuels. Donc après avoir pris mes mensurations, je suis partie sur la taille 38 sauf pour les hanches, qui correspondent à la taille 40. Pour cette version-test, j’ai découpé mon tissu acheté sur le salon Création et Savoir-faire de 2016 (ahum…!) qui traînait là depuis pas mal de temps donc… J’ai choisi la version B, avec et pied de col et patte de boutonnage. Mais n’ayant pas assez de tissu, je n’ai pas pu réaliser les manches longues, j’ai donc fait les mancherons.

Et à l’essayage…. c’est trop petit au niveau du buste et des emmanchures. Grrr.. Le dos est clairement trop petit pour moi, et sous les bras ça me cisaille, ce n’est donc pas possible du tout de la porter.. Pourtant j’aime bien ce tissu, je suis un peu déçue.. Mais heureusement elle ne restera pas au placard, c’est ma mère va profiter de cette chemise. C’est elle que l’on voit sur les photos ! Au niveau du buste ça lui correspond plus, même si le dos reste étroit et les emmanchures trop petites.

 

Machinalement, j’allais alors couper une nouvelle version dans la taille supérieure, à savoir 40 partout. Et en lisant les fiches « ajustements » livrées avec le patron, j’ai découvert que je ne devais pas découper une taille au-dessus, mais ajuster la largeur de mon dos. Là encore, tout est très limpide et très bien illustré. J’ai donc pu faire mes modifications sur le patron, avant de le découper, avec la forme en « V » sur le devant.

Pour cette première version, je n’ai pas poussé trop loin le travail sur l’empiècement en V. Je ne voulais pas passer un temps infini dessus pour qu’au final la chemise ne m’aille pas. J’ai tout de même réalisé des plis (exactement les mêmes que ceux que l’on peut voir sur la Blouse Carme de Pauline Alice), auxquels j’ai ajouté une petite « broderie » faite à la machine.

Cette fois-ci j’ai réalisé les manches longues, et toujours avec pied de col et patte de boutonnage.

Verdict : L’ajout de la pince dans le dos, a permis d’ajuster au mieux cette chemise. La taille est désormais très bien. Les pinces poitrine arrivent au bon endroit, et la longueur des manches est PARFAITE (ce qui est rare je trouve). Juste un petit bémol : je trouve que ça s’ouvre au niveau de la poitrine, malgré avoir suivi les indications du patron pour le placement des boutons. C’est un point que je modifierai pour la prochaine version.

Je pense avoir donc trouvé les bons ajustements et la bonne taille pour me lancer dans une version dont l’empiècement devant sera plus travaillé, avec de petits plis et peut-être un peu de dentelle… Je crois qu’un tissu plus fin et plus fluide sera plus adapté à mon projet. Peut-être de la gaze ? Ou du voile de coton ? Vous me conseillerez quoi ??

A bientôt donc pour peut-être réussir à me coudre la « chemise de mes rêves » ! Et gros bécots !

Magnesium Enfant

L’été s’est terminé et a fait place à cette belle saison qu’est l’automne. Les températures étant fraîches le matin, il était temps de sortir les petites vestes légères. Et cette année j’ai pris le temps de coudre pour notre mini. Il s’agit du manteau Magnesium d’Ivanne S.

Vous l’aurez compris, je suis archi fan des patrons Ivanne S., des explications très détaillées mais qui permettent de monter les vêtements facilement et à la perfection. Et surtout, ce sont des patrons déclinables (presque) à l’infini !

Aujourd’hui, j’ai choisi une version assez simple surtout par manque de tissu.. J’ai acheté ce jersey bleu marine à poids blancs il y a plusieurs années, sans avoir de projet précis en tête. Et le jersey jaune est un reste de mon plantain de grossesse, donc plutôt un petit coupon. J’ai donc choisi la version B sans col, avec simple boutonnage, sans martingale, avec poches dans la couture de côté et capuche amovible, le tout en taille 10 ans.

Donc oui, j’ai cousu la totalité de ce manteau en jersey, et j’avais un peu peur du rendu tout mou, mais finalement ça se tient assez bien. En tout cas mieux que ce que j’imaginais.

Je suis contente du résultat, et la mini l’aime bien aussi ! (ouf !!)

Il y a un bon halo sur cette photo.. La vraie couleur est celle au bas du manteau.

Les poches sont intégrées dans la couture de côté, donc assez discrètes. La capuche est amovible, mais comme je n’ai pas mis de col, l’ensemble est plus joli avec. J’aurai donc pu la coudre directement au manteau, car elle va rester en place.

J’apprécie que la doublure soit intégrale, c’est quand même bien bien mieux ainsi !

Concernant la longueur, 3 choix sont possibles : court (qui arrive aux hanches), médium (qui arrive mi-cuisse) et long (qui arrive aux genoux). Ici j’ai choisi la version médium, car il me semblait que la version courte laisserait passer les courants d’air, ce qui n’est pas souhaitable pour un manteau de mi-saison.

Donc je suis archi-convaincue par ce modèle. Je vais en coudre une autre version, en taille 2 ans, et pour un petit gars cette fois ! Je vous le montre tout bientôt !

Gros bécots !

Trop top femme

Et voilà…. Mille ans après tout le monde, je me couds un Trop top.

Il faut dire que j’ai acheté il y a peu le patron trop top enfant, que j’ai réalisé avec un tissu « magique », et j’ai été conquise. Je me suis donc décidée à acheter la version adulte.

Je l’ai coupé dans une taille 38-40 dans un tissu (voile de coton peut-être) rouge à petits poids dorés acheté je ne sais plus trop où, mais je n’avais qu’un petit coupon. J’ai choisi donc la version B avec des revers, et boutonnée dans le dos.

Malgré de très bonnes explications de la créatrice, je me suis plantée dans le montage, je ne sais pas trop comment j’ai fais mon affaire, mais j’ai dû quasiment tout défaire puis recommencer.

Bon, et à l’essayage je ne suis pas du tout convaincue : le col remontre trop haut sur le cou par rapport à ce que j’ai l’habitude de porter, et ça me gêne. Je suis pas mal étriquée au niveau des épaules – poitrine, et le dos arrive beaucoup beaucoup trop bas (sous les fesses, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus) ! Je suis un peu étonnée car sur les dessins techniques je ne me rendais pas compte que le dos était si long.

Du coup je n’ai pas eu envie de faire des boutonnières, j’ai juste posé des pressions noires.

Je suis déçue car j’aime beaucoup ce tissu, et je ne pense pas porter ce trop top.. Ce qui ne m’empêchera pas du tout de faire une autre version, en jersey ou en coton mais non boutonnée dans le dos, avec quelques ajustements donc, comme la longueur du dos ou la largeur des épaules.

J’ai dans mon stock un jersey qui va d’ailleurs me servir pour un trop top, donc je reviens ici très vite pour vous le montrer !

Gros bécots.

Tanka

Youyou mes petits loups !

L’été est déjà bien avancé, les journées raccourcissent déjà à vue d’oeil, et mes vacances sont déjà terminées.. Alors pour être d’attaque pour la rentrée, je me suis fait une cousette très utile : un sac à dos ! Il me servira la semaine pour mes déplacements en train (pour ranger mes encours tricot par exemple), et les week-end j’y rangerai l’essentiel du trousseau bébé (biberons, laits, couches..). Un sac à dos, c’est super pratique car le poids est réparti sur les deux épaules.

J’ai déjà réalisé le Desmond Backpack (pour mon barbu), mais cette fois j’ai voulu faire une version différente. Et j’ai trouvé mon bonheur dans le nouveau livre « Sacs et accessoires » (éditions Mango) de Julie Kansara, alias Damn Good Caramel sur la toile. Je suis son blog depuis un bon moment et je suis sans cesse bouche bée devant ses réalisations en cuir ou ses créations d’espadrilles. Et voilà qu’aujourd’hui elle sort un livre de couture !

Je me suis donc empressée de le commander. A l’intérieur, plusieurs modèles différents de sacs sont proposés mais également un porte monnaie, des espadrilles ou encore un portfolio.

J’ai jeté mon dévolu sur le sac à dos Tanka.

J’avais dans mon stock un tissu Nunoya, bleu avec de jolies libellules, un peu de simili cuir beige et de la « queue de rat » pour réaliser du passepoil.

Rien de compliqué dans le montage de ce sac. Les explications sont illustrées étapes par étapes, et c’est très simple à coudre.

Petit ajout : des patins de sac (Reine) dessous, et un petit rectangle de cartonnette dans le fond de mon sac pour le rigidifier un peu.

Petite modification : au lieu du fermoir rotatif sur le rabat principal, j’ai posé un aimant (Reine aussi).

 

Je vous dis à bientôt !